actualités et politique

Cher président Obama

Avril 2021

Cher président Obama


Cher président Obama,

En tant que l'une des très nombreuses personnes qui ont passé des appels téléphoniques, frappé aux portes et organisé des fêtes et des rassemblements pour soutenir votre élection, je vous implore de renforcer et d'orienter le projet de loi sur la réforme des soins de santé. Au cours des mois qui ont précédé votre élection, la réforme des soins de santé a été le problème numéro un pour la plupart des gens que j'ai rencontrés lors de votre campagne.

Je vous implore également de guider l'option publique dans l'existence. Sans un moyen pour les jeunes, les personnes âgées, les chômeurs, les sous-employés et les handicapés de recevoir des soins de santé de qualité à un coût raisonnable, la réforme ne signifierait pas grand-chose. Un peu de bricolage ici et il n'y a pas la solution dramatique à ce problème que vous aviez promis aux Américains lors de votre campagne.

Je crois que je comprends les complexités de la gouvernance autant qu'une personne en dehors de Washington peut les comprendre, et j'apprécie vos appels au bipartisme. Mais, Monsieur le Président, il y a des moments pour offrir votre main et des moments pour la retirer. Si un projet de loi bipartite signifie un projet de loi sans option publique, cela ne vaut pas la peine. C'est ce que je ressens.

Je sais que cela semble risqué, politiquement. Mais, comme vous l'avez vous-même dit, ce n'est pas une question politique. Les problèmes de santé frappent les démocrates et les républicains et les indépendants et les libertaires et les personnes qui n'ont jamais voté de leur vie. Le moment est venu de résoudre ce problème. En fait, le temps de résoudre ce problème était il y a longtemps. Étant donné le choix entre passer une vraie réforme et perdre les élections en 2010 - et même 2012 - ou passer une réforme faible et ne pas avoir la chance de faire ce qui doit être fait jusqu'à ce que la prochaine administration progressiste prenne ses fonctions, je choisis la première.

Si nous obtenons un bon projet de loi de réforme avec une option publique - que je crois que vous seul pouvez diriger - moi et beaucoup d'autres ferons tout ce que nous pouvons pour prendre soin des prochaines élections. Nous allons à nouveau faire des appels et frapper aux portes et écrire des lettres et organiser des rassemblements - parce que nous saurons que notre président a fait la bonne chose, la chose courageuse, la meilleure chose pour le présent et l'avenir de notre pays. Nous serons plus «pour vous» que jamais auparavant, tout comme toutes les personnes qui bénéficieront de l'option publique.

Monsieur le président, nous avons besoin de votre leadership et de votre vision maintenant. Le mercredi 9 septembre 2009, lorsque vous vous adresserez à la session conjointe du Congrès, j'espère sincèrement que vous exposerez un plan, exigerez une option publique et fixerez une date limite. Alors, sacrément les conséquences. Anais Nin a écrit que "la vie se rétrécit ou se développe en proportion de son courage." S'il vous plaît, Monsieur le Président, montrez-nous votre courage. Développez la liberté et l'égalité dans ce pays. Je sais que vous pouvez le faire, et des gens comme moi sont là pour vous aider.

Sincèrement et respectueusement,
Susan Gaissert

President Obama Signs a Condolence Book at the French Embassy (Avril 2021)



Tags Article: Cher président Obama, Parti démocrate, cher président Obama, Susan Gaissert, réforme des soins de santé, option publique, Anais Nin, session conjointe du Congrès, "La vie rétrécit ou s'étend"

Coupons et votre PDA

Coupons et votre PDA

des ordinateurs