Des agriculteurs se lèvent pour récupérer des terres de Keystone XL


Pour que les États-Unis puissent légalement exercer leur pouvoir de domaine éminent, ils doivent prouver que la propriété privée doit être prise en charge par le gouvernement national au profit et à l'usage du public et que les propriétaires fonciers doivent être indemnisés à juste titre pour le sacrifice. Lorsque les normes du domaine éminent ne sont pas respectées ou carrément ignorées, cela met en danger les terres agricoles, les habitats fauniques, les réserves animales et les sanctuaires marins. En termes simples, l'abus de domaine éminent sape et démêle tous les efforts actuels et futurs pour le bien-être animal et la stabilité environnementale.

Le gouverneur du Nebraska, David Heineman (R) et le procureur général Jon Bruning ont réussi à obtenir Thompson c. Heineman devant un juge une bataille presque impossible. Heineman a accéléré le LB1161, qui est un texte législatif qui accorde le pouvoir d'un domaine éminent à TransCanada et Enbridge, des sociétés pétrolières étrangères qui n'auraient autrement aucun droit légal sur le sol américain. Une telle proposition ouvre la porte à tout politicien corrompu pour donner la terre de quiconque à qui il veut. Si les sociétés canadiennes sont autorisées à envahir le sol américain, le gouvernement vient de créer un précédent juridique pour que tout pays étranger vole des terres privées sans aucune répercussion, malgré le fait que les gens paient des impôts pour détenir les terres comme les leurs et pour empêcher les étrangers invasion.

Le terme politicien corrompu s'applique à juste titre à Heineman. En 2010, il a délibérément violé la loi de l'État qui s'oppose aux contributions à la campagne de l'argent étranger et s'est empressé de s'emparer de la caisse de TransCanada, comme un enfant qui veut un cookie. Cela indiquerait que Heineman est une personne moins intéressée à placer les besoins de ses électeurs et de son pays au-dessus des besoins de gains personnels. Le procureur général ne représente pas mieux la population du Nebraska, car il s'est toujours battu pour que des poursuites soient intentées contre TransCanada à l'amiable. Il est décevant de penser que si peu de gens peuvent avoir un effet négatif aussi étendu et à long terme sur une nation, pour des générations à venir. Il ne s'agit plus de bonnes ou de mauvaises pratiques commerciales, il s'agit de l'exploitation pure et simple de familles honnêtes et travailleuses, de perdre ce qui leur revient de droit pour que quelques-unes en profitent.

TransCanada n'a pas été informée des dangers associés à son programme. Les agriculteurs ont découvert que TransCanada demandait un «permis spécial» pour renoncer aux exigences de sécurité des États-Unis. Il permet une tuyauterie plus mince que les normes réglementaires minimales et autorise le pipeline à fonctionner à des pressions supérieures aux normes de sécurité américaines maximales. De plus, aucun plan d'action d'urgence n'est en place pour aucune des extensions de pipeline, car les gouvernements nord-américains ont déterminé qu'il n'y avait pas de moyen efficace de stopper une catastrophe. Tout aussi bouleversant sont les travailleurs canadiens embauchés à travers le Heartland qui pulvérisent des produits chimiques toxiques pour tuer toutes les plantes et la faune le long de l'itinéraire prévu, sans avoir besoin d'aucune autorisation de la part des propriétaires fonciers ou du gouvernement.

Le schéma Keystone XL n'est pas destiné à l'Amérique. Il s'agit d'un oléoduc destiné à pomper les sables bitumineux canadiens, l'une des formes de carburant les plus toxiques de la planète, à travers le cœur de l'Amérique et à expédier les boues de bitume en Chine, sous couvert de réduction de la dette internationale. Cependant, il n'y a pas de dette si grande qu'elle justifie le potentiel très réel d'anéantissement de la principale région du pays pour les ressources alimentaires et en eau, ainsi que pour les prairies et les habitats fauniques.
Les données empiriques ont démontré que les sables bitumineux sont corrosifs, acides et cancérigènes pour l'eau, le sol, la faune et les humains. Il n'y a plus de raison de se demander si le bitume est une source "d'énergie propre". Ce n'est pas. Le débat qui reste est celui de la responsabilité et de l’obligation de rendre compte les uns des autres. Quel objectif dans la vie est le plus important? S'agit-il de l'objectif singulier collectif du profit à tout prix à la demande des méga-agglomérations, ou de la responsabilité et de l'obligation de rendre des comptes aux vivants et à ceux qui ne sont pas encore nés? Ces deux considérations ne s'excluent pas mutuellement et sont généralement en désaccord. Depuis 2008, les agriculteurs de tout le cœur ont vu la croissance de ce paradoxe.

En reconnaissant les mérites derrière Thompson c. Heineman, Le juge Stacy représente ce que les Américains qualifient de fonctionnaire honorable. Quel que soit le titre du poste, le juge Stacy aurait pu tout aussi bien succomber à la pression étatique, nationale et internationale pour faire disparaître l'affaire. Le courage des agriculteurs de continuer à faire entendre leur voix, même si réclamation après réclamation est rejetée, témoigne de la force fondamentale du peuple. Un changement positif commence par la bravoure et prend de l'élan avec le bon sens, la pensée critique et la persévérance.Ces attributs humains positifs ont le pouvoir de réduire la pollution, de nettoyer l'eau, de produire de l'énergie verte, de revitaliser l'environnement, de réduire l'extinction, de bâtir une société plus forte et de créer d'innombrables opportunités d'emploi en cours de route.


Voici Deb Duxbury, pour Animal Life, qui vous rappelle de faire stériliser ou castrer votre animal de compagnie.

Question Period: New Brunswick election, Oceans Protection Plan — September 25, 2018 (Mai 2020)



Tags Article: Les agriculteurs se lèvent pour récupérer des terres de Keystone XL, la vie animale, Heineman, Bruning, Nebraska, sables bitumineux, Canada, Keystone Pipeline, Kxl, domaine éminent, terres agricoles, Thompson c.Heineman, Cour, faune, bitume, vie animale, habitat, pollution, légal, gouverneur, juge stacy, violation, constitution, eau, sol, transcanada, enbridge, gouvernement, conservation