livres et musique

INTERVIEW 1 Gary Petras

Octobre 2022

INTERVIEW 1 Gary Petras


ER: Quand avez-vous découvert la fiction spéculative pour la première fois et comment cela vous a-t-il affecté?
GP:
Ma première introduction à tout type d'écriture a été la bande dessinée. Plus tard, mon frère Michael m'a présenté Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux. À partir de ce moment-là, j'ai été accroché aux mondes fantastiques créés là-bas, ce qui m'a amené à croire qu'un jour je pourrais créer mes propres mondes remplis de personnages, de créatures et de scénarios intéressants. Dès mon jeune âge, j'ai toujours été accusé de `` vivre dans un monde à moi '', j'ai donc suivi ce conseil et j'ai décidé non seulement d'apprécier d'y vivre, mais aussi d'écrire à ce sujet. Chaque livre que j'ai lu, bon ou mauvais, m'a appris quelque chose que je peux utiliser dans ma propre imagination et mon écriture. La lecture n'est jamais une perte de temps. Je me souviens de quelque chose que le chanteur / compositeur Mark Knopfler a dit un jour: le véritable test de tout artiste / écrivain est d'inspirer dans leur travail le prochain artiste / écrivain à relever le défi et à aller au-delà de ce qu'ils ont vu ou lu et à en faire quelque chose de leur posséder. Un livre pour inspirer quelqu'un à écrire une chanson, puis la chanson pour inspirer un artiste à peindre une image qui se transforme en livre d'un écrivain expérimentant l'œuvre d'art. De cette façon, l'idée ne meurt ou ne s'efface jamais. Il vit pour toujours. Si l'un de mes livres peut y parvenir, cela valait bien la peine de le créer en premier lieu. Aller au-delà de ce pour quoi il a été créé est quelque chose à quoi aspirer dans n'importe quelle vie.

ER: Quels sont vos trois livres et / ou auteurs préférés et pourquoi?
GP:
Le petit Prince. Watership Down. Et bien sûr: le Hobbit et le Seigneur des anneaux. Le premier livre m'a appris que vous pouviez mettre du sens et du sens derrière votre prose. Le second m'a fait découvrir un monde d'animaux dans les domaines de l'imagination, mais aussi placé et ancré dans le monde réel. Et les deux derniers étaient tellement amusants à lire. Aussi les histoires de Spider-Man de Stan Lee. Ils ont saisi mon imagination et n'ont jamais lâché prise. Chacun de ces livres et auteurs m'a inspiré pour créer les personnages que je fais et les placer dans les types d'histoires que j'aime écrire. Je ne pense pas qu'il y aurait eu un "Thorndancer" sans Le Petit Prince et Watership Down. Ou un 'Farrow And Blackstorm' sans Le Seigneur des Anneaux ou 'Small Heroes' sans les histoires de Super-Héros de Stan Lee. Et ils ont tous certainement conduit au dernier livre: The Sisters Hood '.

ER: Quelle est la partie la plus difficile de l'écriture de fiction spéculative?
GP:
Faire en sorte que l’imagination semble réelle, puis faire entrer les autres dans le rêve.

Comment gérez-vous cela? S'assurer que les personnages sont ancrés dans une sorte de réalité, même si les mondes qui les entourent sont fantastiques et inimaginables (peut-être même pour eux-mêmes parfois). Vous devez faire croire aux personnages de votre histoire qu'ils vivent dans le monde dans lequel ils vivent. S'ils le croient, le lecteur aussi. Si un personnage croit lui-même qu'il est sur Mars, alors il est beaucoup plus facile pour le lecteur d'accepter comment il y est arrivé.

ER: Sur quoi travaillez-vous maintenant?
GP:
Je viens de terminer un livre: MEMORIES END (Un road trip à partir des perspectives d'un chimpanzé et d'un éléphant: Moe et Basil). Je travaille également sur le troisième livre de la série de livres SUNNY AND RAINY avec la co-créatrice / co-écrivaine Liisa Evastina: SUNNY AND RAINY ON SAFARI (The African Journals). Et puis la suite du livre THE SISTERS HOOD.

ER: Chaque écrivain de fiction spéculative est spécialisé dans quelque chose - univers, créatures, langages, technologie, magie, etc.
Quelles sont vos spécialités?
GP:
J'aimerais penser que ce sont des personnages. Le réalisateur John Ford a toujours dit qu'il racontait de petites histoires intimes (études de personnages) parmi la vaste tapisserie du paysage spectaculaire et en constante expansion du pays. J'aime placer mes personnages dans ces paysages fantastiques et voir comment ils survivent. (Certains le font - d'autres non). C'est la vie.

ER: Quelles sont certaines des valeurs que vous souhaitez que vos fans retirent de vos romans?
GP:
Faites l'impossible - possible. Si tu peux le rêver, tu peux le faire. Mes personnages (pour la plupart) n'abandonnent jamais ou ne cèdent jamais. C'est ainsi que j'ai toujours abordé mon écriture et ma vie.

ER: Quels sont vos objectifs professionnels et / ou personnels pour la prochaine décennie?
GP:
Les mêmes qu'ils ont été pendant la majeure partie de ma vie. Écrire. Ça me rend heureux. Cela donne un sens à ma vie. Cela me donne une raison de me lever le matin. Quand je n'écris pas, je marche. J'aime aussi voyager. Mon objectif est d'atteindre un jour le «jamais jamais» (l'Outback) de l'Australie et de faire l'une des deux choses: aller «Walkabout» (un séjour plus spirituel) ou aller «Waltzing Mathilda» (juste se promener sans moyen de soutien visible) ). De toute façon, je pense que je trouverai mon chemin. «Pour arriver à la Jamais Jamais juste tourner à l'ouest à Walla Walla». Je dois juste trouver Walla Walla.

ER: Puisque la fiction spéculative est souvent liée à la spiritualité (mythes, légendes, science, etc.), veuillez décrire votre chemin spirituel personnel et comment il se reflète dans votre écriture.
GP:
Je n'ai jamais été pour des religions ou des églises organisées ou des choses dans ce sens. J'ai trouvé le côté spirituel de moi-même parmi les sentiers et les sentiers des bois près de chez moi en Pennsylvanie et le long des nombreux parcs nationaux, côtes et déserts que j'ai parcourus à travers ce pays.J'ai trouvé beaucoup de mes histoires et personnages en cours de route. Je ne peux pas dire avec certitude si j'ai trouvé Dieu mais s'il me cherche, il sait où me trouver. Je crois que chaque arbre, rocher, rivière et dune a une histoire remarquable et unique à raconter. Il suffit d'écouter. C'est une chose que nous devons tous apprendre à faire davantage dans cette vie: écouter. Vous serez surpris de savoir qui, en plus de vous, parle.

ER: Conventions - participez-vous?
GP:
J'ai. Le grand inconvénient comique, il est facile de se perdre dans l'agitation de la foule, du bruit et des écrans. Les petits, plus intimes, vous donnent le temps de rencontrer et de saluer les fans et de leur faire connaître vous-même et les livres, personnages et mondes que vous créez. Il ne s'agit pas toujours de signer et de vendre les livres, parfois il s'agit simplement de se connecter avec d'autres personnes dans le même monde que vous. (Mais c'est bien de se retourner et de signer et de leur vendre un livre ou deux).

ER: Avez-vous une devise?
GP:
"Ce n'est qu'avec le cœur que l'on peut voir correctement, l'essentiel est invisible à l'œil." Antoine de Saint Exupéry (Le Petit Prince). Je ne sais pas si c'est vraiment une «devise» mais ce sont des mots par lesquels je vis. Que diriez-vous: «L'anxiété magnifie des objets redoutables." Barney Fife. Ou: "Ahhh ... Problème de pronom." Daffy Duck.

gegardmousasi tatsuyamizuno (Octobre 2022)



Tags Article: INTERVIEW 1 Gary Petras, SF / Fantasy Books, evelyn rainey, gary petras, sisters hood, fantasy, conte populaire, loup-garou, interview, auteur

Maïs au caramel sans gluten

Maïs au caramel sans gluten

nourriture et vin