livres et musique

Jimmy Witherspoon - Festival de jazz de Monterey

Décembre 2021

Jimmy Witherspoon - Festival de jazz de Monterey


Records du Festival de Jazz de Monterey (une empreinte de Concord Music Group) a créé son propre label l'année dernière en reconnaissance de la Festival de jazz de Monterey anniversaire d'un demi-siècle. La série de CD qui en résulte offre une excellente introduction à «qui est qui» dans le jazz et le blues - et présente en même temps un matériau inédit et rare pour le fan ardent qui pourrait chercher à améliorer une collection. Même les gens qui ne sont pas tout à fait vendus sur des albums de concerts en direct - car avouons-le, ils peuvent parfois être assez désastreux lorsque l'artiste est retiré du studio - trouveront ces enregistrements valables car ils capturent vraiment l'essence de la musique et foule d'une manière qui vous donne envie d'y être.


L'un des artistes qui se démarque de toute façon en live est le merveilleux bluesman classique Jimmy Witherspoon. Sur ce 1972 Vivre à Monterey En enregistrement, Witherspoon fait équipe avec le guitariste Robben Ford, très jeune mais plus que compétent, ainsi qu'avec un groupe qui ne fait que couver à leurs côtés. Ford n'a que de bonnes choses à dire sur Witherspoon sur les notes de la doublure et il est clair qu'il est au-delà de l'excitation de jouer à côté de "Spoon". Ford fait partie intégrante du disque lui-même et son talent incendiaire pour la guitare brille dans de nombreux spots solo. Il y a beaucoup d'astuces intelligentes à écouter de Witherspoon qui parle à la foule tout au long et une partie du jargon des années 70 est convenablement hilarante et à ne pas manquer!


Les pistes clés pour moi seraient les 1959 mais toujours incroyablement vitales "Bonus track" Quand j'ai bu qui est juste une pièce hypnotique que vous ne voudrez pas terminer. Le saxophone ténor est habilement fourni par Coleman Hawkins et Ben Webster et le phrasé est si lisse que vous jurez que le saxo forme de véritables syllabes d'accord. La foule est épique sur celui-ci aussi, hululant dans la vraie tradition du blues. Witherspoon est sobre et sexy. Écoutez tard le soir lors d'un long road trip. Si vous ne pouvez pas gérer cela, éteignez au moins les lumières…
Walkin ’by Myself est un shuffle optimiste qui a été élevé à une sorte d'hymne. Le groupe est serré et la voix de Witherspoon est sérieuse et sincère. C'est juste le genre de musique que vous ne pouvez espérer entendre que lorsque vous sortez dans un nouveau bar.


Mon seul avertissement - toutes les pistes ne sont pas créées de manière égale en termes de qualité - alors soyez prêt pour les variations de qualité sonore et acceptez-le.


Fait intéressant, bien que les chansons figurant sur cet album soient toutes très blues à l'origine, le groupe - et en particulier Robben Ford - parvient à masser un peu de jazz dans chacun. Le bassiste Stan Poplin attribue ce phénomène au fait que tout le groupe avait un "solide fond de blues" mais chaque membre était profondément immergé dans le jazz à l'époque et ne pouvait tout simplement pas l'empêcher de s'infiltrer dans les sessions. Witherspoon lui-même était déjà connu pour cette polyvalence dans son propre style vocal étant également à l'aise avec le blues ou le jazz et s'égare intuitivement entre les deux sur ce disque.


Parce que les bénéfices nets sont réinjectés dans le Festival de jazz de Monterey afin de nourrir sa propre programmation d'éducation au jazz qui se déroule toute l'année, vous pouvez également vous sentir bien en achetant cet album - c'est une bonne affaire à tous points de vue! Il y a aussi une quantité impressionnante de variété parmi les artistes qui ont été sélectionnés (de Art Blakey également capturé Live en 1972 à Shirley Horn en 1994 et beaucoup entre les deux) donc il y en a vraiment pour tous les goûts.


Joueurs:
Jimmy Witherspoon, chant
Robben Ford, guitare et sax alto
Paul Nagel, piano électrique
Stan Poplin, basse
Jim Baum, batterie
* Piste bonus: Coleman Hawkins et Ben Webster au saxophone ténor;
Roy Eldridge, trompette; Woody Herman, clarinette; Earl «Fatha» Hines, piano;
Vernon Ashley, basse; Mel Lewis, batterie.

Achetez en direct au Monterey Jazz Festival 1972 sur amazon.com maintenant!




Lotus Blossom (Décembre 2021)



Tags Article: Jimmy Witherspoon - Monterey Jazz Festival, Blues and Jazz, Jimmy Witherspoon, Robben Ford, Monterey, Monterey Jazz Festival 1972, Concord Record Group, Coleman Hawkins

Manières de table de base

Manières de table de base

nourriture et vin

Messages De Beauté Populaires

Revue de Shadow Cay

Revue de Shadow Cay

livres et musique

Les Levi disparus 501

Les Levi disparus 501

religion et spiritualité

Photos scintillement jaune - arbre

Photos scintillement jaune - arbre

loisirs et artisanat