religion et spiritualité

N'abandonnez jamais

Décembre 2021

N'abandonnez jamais


Si vous voulez entendre la voix d'un ange, vous n'avez pas besoin de chercher plus loin que celle de la voix de Michele Baer. Vraiment, sa voix est une recette de miel, de soleil et de chaleur. Le ciel ne pouvait pas tenir mieux que ça!

Son dernier CD s'appelle Never Give Up: Chansons de foi et de famille. Ce n'est pas comme la plupart des autres CD actuels des chanteurs de LDS, qui, jusqu'à récemment, conservaient des styles sonores similaires. Non, ce CD est mature et chevronné, avec la voix de Michele "parlant" à l'âme. Des mots de réconfort et des mots de foi s'enroulent autour de vous, vous laissant l'impression d'être dans l'étreinte d'une mère qui vous aime et qui veut rendre votre monde un peu meilleur.

Après avoir entendu N'abandonnez jamais, J'ai dû parler avec Michele et en savoir plus. Elle a eu la gentillesse de partager ses expériences avec nous et comment elle aborde la vie en tant qu'auteur-compositeur, conférencière et chanteuse. Je lui en suis reconnaissant.

C.S .: Avant de commencer, veuillez partager avec nous un peu de vous: vos pensées préférées, vos desserts ou même vos bêtes noires.
:0)

MICHELE: Mon plat préféré n'est pas les desserts. Je préfère avoir quelque chose comme une salade ou des légumes plutôt que de la crème glacée. Cela rend mon mari fou après nos rendez-vous. Certaines de mes bêtes noires sont des pilotes très lents et ralentissent vraiment n'importe quoi!

C.S .: Votre carte de visite indique que vous êtes à la fois un artiste et un conférencier inspirant. En remarque, comment avez-vous commencé à parler pour la première fois?

MICHELE: Avant ma première année au lycée, j'ai lu le Livre de Mormon et mon témoignage s'est enraciné. Mon expérience au séminaire m'a davantage inspiré et j'ai brûlé avec le désir de devenir un jour professeur de séminaire et de "ne jamais perdre mon enthousiasme pour l'Évangile en grandissant". J'ai fait cette promesse à moi-même et au Seigneur.

C.S .: Vous êtes maintenant conférencier pour les programmes CES spécialement pour les jeunes. Comment cela s'est-il passé?

MICHELE: J'essaie de rester proche de ce que le Seigneur veut que je fasse de mon talent et donc je reçois beaucoup d'inspiration. L'année dernière, j'ai eu la forte impression de postuler pour EFY juste avant la date limite. La semaine suivante, j'ai reçu un appel disant qu'ils avaient vraiment besoin de moi. C'était une réponse incroyable à la prière. J'adore l'opportunité de témoigner à travers la parole, le chant et l'esprit. C'est une de mes plus grandes joies d'être son instrument.

C.S .: Vous êtes-vous d'abord vu comme un "conférencier inspirant"?

MICHELE: Comme je l'ai dit, mon objectif était d'être professeur de séminaire. Au moment où je suis entré à BYU, ils n'acceptaient pas les femmes dans le programme du séminaire, j'ai donc déclaré une mineure en études religieuses (avec musique et études familiales) et pris autant de cours de religion que possible pour préparer mon objectif. J'ai finalement enseigné le séminaire tôt le matin dans le Connecticut et en tant que professeur suppléant pour le séminaire d'une journée à Mesa. C'est là que j'ai commencé à m'appuyer sur le Seigneur pour l'inspiration tout en enseignant et il ne m'a jamais laissé tomber. Je désire vraiment élever les autres quand je parle et leur apporter le message d'espoir que le plan du Père a pour tous ses enfants.

C.S .: Ce qui est vraiment étonnant, c'est que vous êtes mère de six enfants. Comment suivez-vous tout cela? Avez-vous des secrets à partager?

MICHELE: Je n'aime pas regarder la télévision et je ne lis pas vraiment de livres, sauf pour le matériel de référence de l'église, j'ai donc trouvé plus de temps pour travailler sur différents projets musicaux et rester à la maison avec ma famille. Pendant les années où tous mes enfants étaient jeunes, j'ai vraiment eu du mal à tout équilibrer. Ce fut le moment le plus difficile. Après beaucoup de prières, j'ai eu la réponse qu'une jeune maman qui allaite avec d'autres enfants n'a vraiment pas besoin de se soucier de l'apparence de sa maison mais de s'assurer qu'elle mange suffisamment et fait une sieste chaque fois que possible. Mon mari est également un grand soutien et prend à son tour de nombreuses tâches ménagères.

Le découragement vient avec les épreuves de la vie de famille, mais beaucoup d'entre nous pensent que nous sommes les seuls à traverser la controverse et autres. Voilà pourquoi je voulais vraiment faire ce deuxième CD intitulé N'abandonnez jamais. Je sais que la tentation d'abandonner et de penser que nous ne pouvons pas changer vient du diable qui désire que nous restions misérables. Le Seigneur est TOUJOURS là pour nous et nous devons appeler les pouvoirs du ciel par la prière et la prêtrise pour vaincre Satan dans les derniers jours. Même lorsque nous nous sentons horribles et que nous avons commis des erreurs, l'expiation est là pour nous et elle est réelle. C'est le message que je veux partager parce que je sais que c'est vrai.

C.S .: Pour ma part, je suis très reconnaissant d'avoir partagé votre message comme vous l'avez fait. Votre CD porte un esprit puissant. Alors, s'il vous plaît, dites-nous - quand avez-vous remarqué pour la première fois un amour pour la musique?

MICHELE Ma mère était une soliste contralto de Mesa, AZ et mon père a chanté dans le très convoité Glee Club de Cal Berkeley. Ils se sont mariés et il est devenu dentiste à Concord, en Californie, où ils ont aidé à affréter une Light Opera Company. J'ai commencé à chanter l'harmonie des chansons à l'âge de 3 ans et je chantais et dansais dans mon salon pour des comédies musicales. À 6 ans, mes parents m'ont emmené essayer le rôle de Gretl dans Sound of Music. J'ai eu le rôle et ma maman était l'une des nonnes (nous avons eu des commentaires drôles s'arrêtant pour le gaz sur le chemin du retour des répétitions en costume. Une nonne et sa fille!).

Après cela, j'ai continué à prendre des leçons de piano pendant dix ans, un peu de clarinette et d'accordéon, et j'ai chanté de nombreux solos de Karen Carpenter dans la chorale du lycée.Mes deux frères aînés et quatre sœurs cadettes chantent tous, alors notre famille se produisait lors des fêtes de paroisse et chantait de nombreux amis chaque soir de Noël (une tradition que ma propre famille perpétue encore aujourd'hui).

C.S .: D'où pensez-vous que vos influences musicales viennent?

MICHELE: J'ai grandi avec le théâtre classique et musical qui jouait toujours chez moi. Mais j'aime aussi beaucoup d'autres genres parce que j'aime danser sur un super rythme. Une de mes préférées est la grande musique chorale, spécialement chantée par les chorales BYU. J'aime aussi la plupart des compositeurs romantiques: Debussy, Grieg et Faure. Je pouvais écouter le Requiem de Faure toute la journée.

C.S .: Quand avez-vous commencé à composer des chansons pour la première fois? Quelle a été la réaction des autres? Étaient-ils encourageants? En d'autres termes, avez-vous présenté vos chansons à d'autres ou les avez-vous gardées pour vous?

MICHELE: J'ai écrit ma première vraie chanson quand j'avais douze ans pour les funérailles de ma grand-mère. J'ai joué et chanté avec mes autres cousins ​​à Pine, Arizona. J'ai adoré m'exprimer à travers la poésie et en mettre de la musique à l'adolescence. Tout cela a été suspendu pendant que j'élevais ma famille. J'ai vendu Brite Music à des soirées à la maison pendant 9 ans et j'ai admiré la musique de Janeen Brady, mais je ne me suis jamais considéré comme un compositeur, mais plutôt comme soliste vocal avec des pupilles, des pieux et des chœurs communautaires locaux.

Puis, en 1990 dans le Connecticut, l'anniversaire de la Société de Secours a lancé un appel à des travaux créatifs sur les femmes. J'ai écrit "Les femmes: un héritage de grandeur" pour exprimer mon amour pour mes ancêtres et mes sœurs de la Société de Secours. Il est enregistré sur mon premier CD, Hors de la poussière.

C.S .: Vous avez mentionné Hors de la poussière comme votre premier CD. Revenons un peu en arrière. À quel moment avez-vous décidé d'enregistrer pour la première fois? Étiez-vous nerveux?

MICHELE: En tant que missionnaire de pieu à Mesa, AZ, on m'a demandé d'être un présentateur pour un week-end de MTC pour les jeunes. Je voulais chanter une chanson sur les promesses que je sentais que nous avions faites au Père de partager l'évangile et notre privilège de descendre lors de la dernière dispensation. Je n'ai pas pu trouver de chanson alors un soir j'ai décidé d'en écrire une. J'ai enregistré la piste de fond dans le studio d'un ami, puis j'ai perdu ma voix. J'ai fait chanter la chanson par ma fille et j'ai réalisé qu'il y avait une grande opposition à ma musique.

Les six mois suivants, j'ai été fortement incité à écrire une chanson disant aux jeunes que lorsque vous "comptez sur le prophète", le Seigneur compte sur vous. J'ai écrit et enregistré la chanson, puis j'ai senti une «main sur mon dos» me pousser à écrire des chansons à partir des messages du prophète. Je ne peux pas exprimer à quel point c'était effrayant pour moi de partager chaque nouvelle chanson avec quelqu'un. Je sentais qu'ils riraient. C'est si difficile à surmonter pour un nouvel artiste, mais vous ne pourrez jamais le savoir à moins d'essayer.

Pendant trois ans, j'ai fait des recherches et écrit dix chansons avec Richard Talbot (un ami de BYU). Il m'a aidé à arranger et enregistrer chacun. Ce fut l'une des expériences les plus enrichissantes et croissantes de ma vie.

C.S .: Comment avez-vous ressenti en entrant dans le studio? Ou l'avez-vous enregistré à la maison?

MICHELE: Richard et moi avons enregistré mon premier CD dans son home studio professionnel. J'ai adoré pouvoir «préserver» ma voix pour la postérité; J'aime capturer cette prise parfaite ». Mon deuxième CD a été enregistré dans plusieurs studios différents, la majorité étant avec Greg Hansen qui était très sympathique mais professionnel. Après tout mon enregistrement avec le premier CD, il était facile d'enregistrer ma voix en quelques prises. C'est allé beaucoup plus vite.

C.S .: Non seulement votre premier CD était une collection inspirante de musique solo originale. C'était aussi inspirant car il s'est vendu à plus de 2000 exemplaires la première année! Comment avez-vous accompli cela? Par l'intermédiaire d'un distributeur ou par persévérance personnelle?

MICHELE: Notre distributeur était uniquement pour le code-barres et l'accès à la convention des libraires. Notre persévérance et notre marketing en ont fait l'essentiel. Nous avons envoyé des lettres à 700 amis que nous avions fait plus de sept déménagements. Nous leur avons également offert des offres spéciales: achetez-en cinq, obtenez-en une gratuitement, et beaucoup ont accepté l'offre. Maintenant, avec notre deuxième CD, nous avons une distribution avec Deseret Book, ce qui nous donne une exposition dans plus de magasins. Mon mari travaille pour IBM et est maintenant un merveilleux directeur marketing pour moi. Je dois vraiment lui en attribuer le mérite. Je suis un peu gêné par toute l'attention, mais il croit en ma musique et qu'elle devrait être partagée avec tout le monde.

C.S .: Vous avez mentionné que N'abandonnez jamais est distribué par Deseret Book. Comment avez-vous accompli cela?

MICHELE: Je peux partager l'histoire, mais je pense que le chemin de chacun vers cet endroit vient d'une manière différente. J'ai travaillé très dur et avec une détermination personnelle pour produire moi-même mon premier album et j'ai trouvé la réalisation la plus incroyable pour faire ce que je ressentais comme une inspiration.

Grâce à une série de contacts, Greg Hansen a entendu ma musique et s'est dit intéressé à arranger certaines de mes chansons. Ce fut une surprise et un frisson car il y en a beaucoup qui demandent et peu qu'il accepte. Nous avons travaillé sur quelques chansons puis après un an environ, nous avons décidé de nous lancer et de faire un autre album.

L'évolution de cet album a pris de la patience car j'avais quelques arrangements de mon ancien arrangeur / producteur Richard Talbot et j'ai également décidé d'utiliser Greg Hansen. Ils ont tous les deux un grand talent et j'ai eu la chance de travailler avec les deux. L'opposition et le découragement ont tourmenté le projet, mais j'ai continué à obtenir la réponse pour continuer.

Il est intéressant de voir comment certaines déceptions se transforment en bénédictions. Je travaillais avec les dirigeants de Sounds of Zion à un certain moment, mais à cause du timing et d'autres problèmes, nous nous sommes séparés. Cela a laissé la porte ouverte pour aller au Deseret Book. Nous avions investi une bonne quantité dans le projet pour le rendre le plus professionnel possible et avons également préparé un dossier de presse bien relié avec des photos, des biographies et des plans de marketing.Ensuite, j'ai jeûné et prié pour que SI c'était le moment d'entendre ma musique et mon témoignage, que ce soit clair pour eux lorsque je parlerais avec eux.

C’est exactement ce qui s’est passé et je savais dans mon cœur que ce n’étaient pas mes souhaits qui avaient été exaucés, mais ceux du Seigneur. L'autre raison pour laquelle je sais cela, c'est que j'avais essayé pendant plusieurs années de passer ou d'obtenir un rendez-vous ou quelque chose et cela ne s'est jamais produit. Je n'ai pas arrêté d'essayer, je devais juste faire mes devoirs et trouver le bon moment.

C.S .: Des mots sages, en effet.

MICHELE: Mes conseils aux autres? Développez vos talents, même si vous élevez des enfants à la maison. C'est important pour vous et votre famille! Faites ce qui vous apporte épanouissement et n'ayez pas peur de vous étirer. J'avais très peur de partager ma première chanson avec quelqu'un. Ma prudence: avec la facilité d'enregistrement, allez-y et préservez ce que vous faites et aimez pour vos amis et votre famille. Mais n'oubliez pas que tout le monde n'est pas assez professionnel pour produire un album pour une distribution plus large. Laissez un professionnel être le juge et ne vous blessez pas. Vous pouvez toujours faire une différence et bénir les membres de votre famille, paroisse, pieu et région. Plus important encore, travaillez dur, puis priez pour savoir quelle est la prochaine étape de votre vie. Le Seigneur sera toujours là pour vous.

C.S .: De quel côté de la barrière d'écriture vous asseyez-vous: écrire chaque jour fidèlement ou écrire uniquement lorsque l'inspiration vient?

MICHELE: Je n'écris vraiment que lorsque l'on me demande une affectation à l'église ou lorsque j'ai un projet de CD sur lequel je travaille. J'ai dû arrêter d'enseigner une chorale de lycée, des cours de chant et diriger une chorale d'enfants pour avoir le temps de vraiment finir d'écrire et d'enregistrer mon deuxième CD. Il était très important pour moi d’être là pour les concerts et les devoirs de mes enfants, entre les obligations professionnelles. En ce qui concerne l'écriture, j'écris toujours les mots d'abord, puis je m'assois au piano pour trouver où la musique doit aller. Je sais que mon meilleur travail a été inspiré, je ne peux donc pas m'en attribuer le mérite.

C.S .: Avec tout ce que vous avez, combien de temps, en moyenne, passez-vous à écrire? Combien de temps passez-vous à pratiquer? Comment équilibrez-vous cela?

MICHELE: Je chante définitivement plus que j'écris. Avant une grande saison de performance comme Noël, je dois chanter chaque jour pendant deux semaines pour faire des runs sur le Messie. Sinon, je ne travaille qu'une heure ou deux par semaine. J'aime travailler mes pièces classiques préférées pour me garder forte. J'ai enregistré l'accompagnement sur un CD donc je n'ai pas à jouer du piano pendant que je chante. Je fais aussi du vélo de compétition et du pilates pour garder mon contrôle de la respiration fort.

C.S .: Avez-vous un artiste préféré, qu'il soit auteur-compositeur ou chanteur?

MICHELE: James Taylor et Karen Carpenter sont mes artistes préférés. J'adore les chanteurs clairs et forts, pas les sons aérés et respirants qui sont si populaires aujourd'hui.

C.S .: Quel impact pensez-vous que les saints des derniers jours peuvent avoir dans le monde des arts? Qu'espérez-vous réaliser?

MICHELE: Les saints des derniers jours ne devraient pas penser qu'ils doivent copier les styles qui ont été populaires, même dans notre propre sous-culture LDS. J'ai senti qu'il était vraiment important d'être fidèle à mon propre style. Je sais que ma voix n'est peut-être pas juste comme les artistes populaires actuels à la radio, et je n'enregistre pas non plus dans ma voix de style classique. J'essaie d'utiliser la voix la plus naturelle et la plus claire avec laquelle le Seigneur m'a béni et je chante avec tout le sentiment que j'ai. S'il n'y a pas de message à ma chanson, je ne veux vraiment pas la chanter. C'est peut-être ma plus grande faute: que j'essaie trop fort. Mon premier album est musicalement et spirituellement plus profond que mon second si vous passez du temps avec lui. Mais les messages scripturaires sont là si vous écoutez avec l'esprit. Le second vise vraiment à aider les familles à trouver espoir et encouragement, en particulier les femmes qui s'occupent de la maison.

C.S .: Excellents points, Michele. Donc, pour résumer, quels conseils donneriez-vous aux autres chanteurs / compositeurs, en particulier à ceux qui commencent tout juste?

MICHELE: Tout d'abord, n'ayez pas peur d'essayer de nouvelles harmonies et des progressions d'accords qui sonnent bien à votre oreille, mais rappelez-vous que la sensation d'une forme d'écriture de chanson équilibrée est importante pour l'oreille de tout auditeur. Les chansons de vers / chœur, ou composées à travers (formes de chansons de type histoire) sont les meilleures. Sinon, l'auditeur peut être confus.

Demandez conseil à un mentor musical honnête. La meilleure rétroaction n'est pas seulement de dire que cela sonne bien, mais peut vous donner des critiques constructives à améliorer. Ce que j'apprécie le plus à propos de travailler avec Greg Hansen, c'est qu'il aimait non seulement certaines de mes compositions et voulait les arranger, mais qu'il me disait aussi que certaines avaient besoin d'une «chirurgie de la chanson». Puis j'ai su qu'il était totalement honnête avec moi.

C.S .: Une dernière réflexion?

MICHELE: Je veux rendre hommage à ma famille pour leur soutien dans tout ce que j'ai accompli, en particulier mon mari qui m'a poussé à être créatif et à enregistrer. Mes enfants ont tous des voix en solo et aiment jouer et développer leurs propres talents. J'espère qu'ils continueront de le faire de leur propre chef. Bien sûr, je suis très reconnaissant d'avoir ce don qui exprime à travers un médium supplémentaire mon amour et mon témoignage de notre Père céleste, de son fils et du Saint-Esprit. J'espère seulement que cela pourra bénir tous ceux qui écoutent.

***
Vraiment, Michele fait une différence pour ceux qui écouteront. Et elle l'a fait en n'abandonnant pas et en écoutant les incitations du Saint-Esprit, puis en agissant sur elles. Je la remercie pour ses paroles perspicaces et pour sa compassion envers les autres - et en particulier pour sa voix douce au miel. Pour plus d'informations, visitez le site Web de Michele Baer.


N'abandonnez jamais ! - Joyce Meyer - Maîtriser mes pensées (Décembre 2021)



Tags Article: Never Give Up, LDS, Michele Baer Never Give Up Bezas CD musique